IMG_20140313_174602

Il est pas beau, mon vélo, accroché dans le train?

Vivre et partir. Partir pour vivre. Je pense que tous les couples passent par cette étape de l'éloignement.

Avant, on ne jetait pas, on réparait et c'est pourquoi les couples duraient 40, 50, 60 ans...

Maintenant, on a peur de ne pas réussir, alors par "facilté" (?) on se sépare sans vraiment essayer de savoir pourquoi ça ne va plus "comme avant". Et ici, nous n'échappons pas à la "règle"... Presque 10 de couple, 3 enfants, le quotidien, la fatigue. Il a fallu faire le break. Alors JE suis partie. Seule. Oh, pas longtemps, pas loin. Mais vraiment seule, pour faire le point sur moi, sur nous 2, sur nous 5.

J'ai beaucoup réfléchi. Il a beaucoup réfléchi. Je suis revenue. Nous avons parlé. Ça faisait si longtemps que nous n'avions pas VRAIMENT parlé. Nos constats étaient les mêmes. Nos envies aussi. Envie d'essayer de reconstruire, de nous redécouvrir, nous reconquérir. Envie de se dire que quand même, 10 ans, c'est pas par hasard! Mais sans nous voiler la face. Essayons, pour de vrai! Mais si ça ne fonctionnait pas, ne pas s'acharner. Au détriment des enfants, de nous.

Alors, nous nous redécouvrons, avec de nouvelles "règles" de vie dans la maison, de nouvelles répartitions des tâches et des horaires. Essayer de ne plus crier que pour les choses qui vraiment ne peuvent pas être contenues. Et ça marche. Tenter de prendre un peu plus de recul sur les bêtises et sur ce que JE prends pour de la provoc' de la part de notre fils. Essayer de croire la pédo-psy quand elle me dit que non, il ne cherche pas à me faire payer mes maladresses passées, qu'il est juste un petit garçon de 4 ans comme le autres. Brillant, mais ordinaire.Il va me falloir du temps. Mais je vais essayer de la croire, pour de vrai. Se répéter que chaque enfant est différent. Que ça ne peut PAS être comme avec sa soeur. Continuer d'apprendre à être parents, en restant un homme et une femme qui se sont aimés, beaucoup. Qui se sont perdus, un peu. Qui veulent se retrouver, surtout.

En espérant que ce ne soit pas un feu de paille, et que ça dure, longtemps. Que le quotidien ne reprenne pas cette vilaine place qui régit tout le reste sans laisser à la fantaisie et la spontanéité l'occasion de s'exprimer!

Sinon, malgré une journée grise comme mon post du jour, ça y est, c'est le printemps! Alors... alors pourvu que...

Bon, promis, dans la prochain post, je vous parle de couture!